Retrouvez ici un résumé des séances de la Classe Média


Pour les articles plus anciens, faites défiler la page vers le bas.


Jeudi 7 janvier 2016

Par Jasna, 2nde 2

Aujourd'hui, nous avons commencé la séance par les actualités de la semaine. Nous avons ensuite parlé des youtubeurs que nous voulions interviewer pour le journal Phosphore et nous avons rédigé quelques questions que nous souhaitons leur poser. J'aurais aimé qu'on parle un plus de quand et où nous allons les rencontrer, mais ce sera pour une autre séance!

 


Jeudi 17 décembre

C'est notre dernière séance de 2015 ! 

 

Comme d'habitude, nous commençons par une actu de la semaine riche en discussions. Nous passons un peu de temps à décrypter l'actualité et notamment les résultats des régionales. Dire que le Front National ne remporte aucune région est certes juste mais il faut aussi montrer qu'il a obtenu un nombre de sièges important dans la majorité des nouveaux conseils régionaux. Certaines des actus ne sont pas retenues pour le site, car elles manquent de précisions essentielles comme le lieu, la date ou le nom de la personne concernée. En effet, nos brèves doivent reprendre les cinq W du journalisme (What ? Who ? When ? Where ? Why ?) ce qui n'est pas si simple finalement!

 

Nous nous sommes ensuite séparés en deux groupes pour reprendre notre réflexion pour le projet avec le magazine Phosphore. Chaque groupe a essayé de lister les réseaux sociaux les plus utilisés, de réfléchir à ce que chacun aimait consulter, qui préférait-on... Les élèves de la classe Médias utilisent les réseaux sociaux pour partager leur vie avec leurs amis et comme des lieux d'apprentissage de la sociabilité. D'autres les utilisent pour rire, pour apprendre, pour s'inspirer... et même, pour devenir célèbre!

 

Maintenant, il faut réfléchir et préparer des interviews. De nombreux noms sont ressortis. A chacun de choisir un artiste, un youtuber, une chaîne qu'il aime et de faire quelques recherches pour l'année prochaine.

 

Notre séance s'est terminée par le visionnage du making off réalisé par Raphaël et Ismaël. Tous les deux ont passé 3 heures un vendredi matin à suivre les élèves de l'ULIS en plein tournage de leur documentaire. En effet, les élèves de l'ULIS écrivent, et tournent avec la réalisatrice Sonia Pastecchia et leur professeur madame Valette. Ils disent avec leurs mots comment ils vivent l'intégration dans leurs classes de 5ème et de 6ème. La Classe Médias devait absolument en parler ! Bravo et merci à Raphaël et Ismël pour cette belle vidéo que vous pouvez voir ici.

 

A l'année prochaine!


Jeudi 26 novembre

Par Moussa

 

Ce jeudi, la Classe Médias a reçu son parrain, David Groison, rédacteur en chef de Phosphore. Nous avons parlé de notre projet autour des réseaux sociaux. Notre travail sera centré sur Youtube et ses stars françaises. David nous donne pour mission d'interviewer des jeunes sur leurs youtubeurs français préférés. 

Merci à David, qui nous a offert des numéros du magazine qu'il dirige. 

Vous ne connaissez pas Phosphore? Allez donc voir les astuces de la semaine.


Jeudi 19 novembre

Cette semaine, nous sommes en reportage!

Visite dans la classe des ULIS. Quand ils ne sont pas en inclusion dans les différents cours, ils ont leur salle de classe à eux, où ils travaillent avec Mme Vallette.

Nous somme donc allés les voir pour une séance photo. Thème: Mon image, par moi, pour les autres.

Nous nous sommes reparti en différents groupes chargés de réaliser des portraits individuels et de les analyser. Savez-vous comment on analyse une photo? Allez voir dans nos astuces. Vous y apprendrez aussi des choses intéressantes sur un nouvel objet photographique très à la mode: le selfie.


Jeudi 12 novembre

Nos profs sont en réunion. Pas de séance cette semaine!


Jeudi 5 novembre

Par Inès, 2nde 1.


Aujourd’hui nous avons travaillé sur des problèmes et harcèlement a l’école de la maternelle au lycée.

Nous avons par exemple appris que le harcèlement débute très tôt.

Ce que j’ai particulièrement aimé est le moment où nous avons regardé les deux vidéos qui portaient, l'une sur le harcèlement au lycée et l’autre à la maternelle.

J’aurais apprécié qu’on approfondisse d’avantage le moment ou l’on a dis que les médias étaient souvent le support du harcèlement.


Jeudi 8 octobre


Par Jeanne, 2nde 1.


Aujourd'hui, nous avons commencé par un récapitulatif de la séance du jeudi 1er octobre: nous avons reparlé de la classe ULIS (une classe spécifiquement réservée aux enfants handicapés) et de notre projet avec eux. Nous avons donné un avis sur ce cours, qui nous a majoritairement plu.

 

Nous avons travaillé sur les photographies de presse, le point de vue qui leur est propre et sur la légende. Une légende est une courte phrase ou un groupe nominal qui répond aux 4 questions commençant par « W » en anglais: Who? Where? When? Why? (Qui? Où? Quand? Pourquoi?)

 

Nous avons vu que par les couleurs, le cadrage, la direction du regard, la lumière et la composition, les images peuvent conduire à plusieurs interprétations et donc délivrer différents messages. C’est pour cela que le journaliste, le photographe, cherchent à ne faire passer qu’un seul message de façon à être compris de tous et de la même manière. Nous avons appris qu’une image n’est jamais une transcription du réel mais une représentation de la réalité et que c’est pour cette raison que toute image doit comporter une légende.

 

Nous avons aussi appris qu’une photo de presse est aussi le point de vue d’une rédaction. La photo est un moyen parmi d'autres pour faire passer l'information.


Jeudi 1er octobre

Aujourd'hui, la coordonnatrice de la classe ULIS (unité locale pour l'inclusion scolaire), qui est une classe pour des élèves en situation de handicap, est venue nous expliquer le principe et le contexte de sa classe. Nous lui avons donc posé des questions, sur qu'est-ce que faisaient ses élèves, pourquoi ils étaient dans cette classe. Elle nous a dit qu'elle était là pour les encadrer, car ce sont des élèves qui sont différents, et qui présentent un besoin particulier.

J'ai beaucoup apprécié son intervention, car nous avons pu partager beaucoup d'idées à propos des différences ou des similitudes. 

Thomas, 2nde 1.


Jeudi 25 septembre

Bonjour.

Vous ne saurez pas ce que nous avons fait pendant cette séance, car l'élève en charge de la rubrique n'a pas rendu son travail. C'est dommage et nous l'invitons à consulter notre astuce "tenir ses engagements".

Toutes nos excuses et... à bientôt!


Jeudi 17 septembre

Aujourd'hui, nous avons commencé la séance par une fiche consacrée à l'analyse et à la description de photographie. Nous avons vu les différentes caractéristiques d'une photographie : l'endroit où la photo a pu être prise (intérieur, extérieur), le format (portrait, paysage) ou encore le nombre de personnes se trouvant sur la photo. Nous nous sommes entraînés sur trois photos différentes que nous avons appris à décrire. Les photos étaient très intéressantes surtout la photo sur laquelle on voit une terrasse avec piscine dans laquelle une jeune fille s'apprête à sauter. J'ai surtout adoré le contraste de la piscine bleue et de l'arrière plan où on peut voir une ville qui a l'air ravagé. Quelquefois, on pouvait être surpris de découvrir la vérité qui se cache derrière la photo, ce que j'ai également trouvé très intéressant.

A la fin, nous sommes passés à l'actu de la semaine, où nous avons pu faire part de toutes sortes de nouveautés, surtout la sortie d'une mise à jour d'iPhone que je pense à peu près tout le monde attendais avec impatience moi y compris: c'est l'IOS9.

Olga (2nde 6).


Jeudi 10 septembre 2015.

Séance de rentrée.

L'élève chargé du compte-rendu de séance n'a pas remis son travail...

C'est dommage et ça nous permet, d'entrée de jeu, d'aborder une question centrale dans le monde du journalisme et des médias: Tenir ses engagements, une obligation professionnelle et morale du journaliste. Découvrez-la dans l'Astuce de la semaine.

Nous vous proposons quand-même quelques photos, histoire de vous donner un avant-goût de notre année!


Mardi 16 juin. Notre Dream Teen à nous!

Cela fait longtemps que nous ne donnons plus de nos nouvelles.

C'est que nous étions en pleine finalisation de nos projets en prolongement du webdoc d'Emma et Estelle. Et les voici enfin! Allez vite les voir en cliquant ici.

Notre soirée de lancement a été l'occasion de les voir tous ensemble pour la première fois. Merci à nos deux journalistes pour leur aide!

Avant de partir, elles nous ont accordé une dernière interview, que vous pourrez bientôt retrouver sur le site.

Nous avons passé une très belle année avec vous! Continuez à suivre les aventures de la classe Média 2015-2016 à partir du mois de septembre.

Au revoir!


Mardi 26 mai. Notre soirée de lancement à nous...

Le 9 juin, nous accueillerons les parents pour leur présenter le webdoc d'Emma et Estelle et nos productions sur les ados de la Dream Teen.

Un petit debrief pour commencer : compte-rendu de la soirée de lancement pour ceux qui n'ont pas pu venir et propositions pour le 9 juin. Rapidement, un petit tour aussi sur le site de la Classe Médias pour voir le rendu de la soirée (si vous n'avez pas encore lu, c'est juste au-dessous!). On réfléchit à un projet d'interview d'Emma et Estelle. Il va falloir caler ça en fonction de leur emploi du temps. 
Elles ne pourront peut-être pas venir avant le 9. Que faire ? Un échange par écrit ? Gabrielle propose une interview spontanée de nos deux journalistes qui se filmeraient ou s'enregistreraient en lisant et répondant directement aux questions. Mais cela pose plusieurs problèmes : il faut dérusher et monter, et cela prend du temps, et on perd aussi le côté interactif de l'interview, puisque nous ne pourrons pas réagir à leurs réponses. A voir, donc. Madame Rachet doit contacter nos deux journalistes.
Au travail maintenant! Distribution des tâches: Ferielle et Maria preneuses de son, Inès, Fanta et Maya capteuses d'images ! Inas se charge du montage ! On a hâte de voir !
Maria, aidée de quelques autres, met au point un texte pour l'invitation à la soirée du 9. Abrielle s'occupera de l'illustrer.
Il n'y a plus qu'à finaliser les productions et organiser le déroulement du 9 juin pour nos invités. 
Il reste encore plein de choses à faire et si peu de temps !


Mardi 19 mai. Soirée de lancement du webdoc!

Pendant la séance d'aujourd'hui, nous avons fignolé la préparation de la soirée de lancement, qui a eu lieu ce soir. Nous prévoyons aussi, au mois de juin, une soirée dans l'établissement, qui permettra de remercier la région IDF pour la subvention qu'elle a apportée au projet et de présenter le travail mené pendant un an par la classe Médias. Mais chut! On ne vous en dit pas plus pour l'instant.














Ouf! On est à l'heure. Rapide photo de groupe avant d'entrer. La bonne humeur est au rendez-vous!

A la soirée de lancement, nous étions 11 élèves et 2 professeurs. Emma et Estelle, radieuses, étaient ravies de nous voir arriver! Elles ont commencé par présenter leurs nombreux partenaires: nous bien sûr, le CLEMI, qui nous a permis d'entrer en contact, Phosphore et RFI, qui ont financé le projet et divers partenaires financiers. Phosphore consacre dans son numéro du mois de juin un article à la Dream Teen et RFI a conçu, cette semaine, les épisodes d'Accents d'Europe, à partir de l'histoire de nos cinq ados (cliquez ici pour podcaster les épisodes). David Groison, rédacteur en chef de Phosphore, est ensuite intervenu. Il s'est réjoui de voir à quel point la participation des élèves de la classe Médias a permis, par leurs questions d'ados à des ados, de faire le webdoc du point de vue des jeunes. Il a souligné l'importance pour son magazine de savoir parler aux ados depuis leur propre monde et dans leur langage.

Emma et Estelle ont ensuite projeté des extraits du webdoc La Dream Teen (que vous pouvez rejoindre en cliquant ici). Elles ont expliqué la genèse du projet, leur envie de travailler avec des ados qui nous montrent non ce qui ne va pas, mais ce que nous pouvons faire pour changer le monde. Elles ont expliqué la composition du documentaire. C'est parce qu'elles aiment écrire qu'elles ont voulu donner une place centrale au texte, dans un ensemble linéaire qu'on fait défiler au scroll. Le multimédia arrive en complément: photos, vidéos et infographies permettent au lecteur d'être immergé dans le monde des cinq ados tout en réunissant toutes les informations nécessaires à sa compréhension. La ligne chronologique qui court tout le long du documentaire permet au lecteur de revenir en arrière et de revoir ses parties préférées. Le design, d'Irvin Anneix, est magnifique! Sur un fond bleu de cartes d'Europe discrètement constellées des étoiles du drapeau européen, un petit avion en papier suit le périple des deux journalistes à travers l'Europe, de la banlieue parisienne à Bristol, Munich, Belgrade et Sophia. 

Après la présentation du webdocEmma et Estelle, mais aussi les élèves de la classe Médias, encore tout surpris de s'être vus à l'écran, répondent aux questions des invités. Pas facile de parler de l'excision devant cinquante personnes! Suit un petit buffet convivial, l'occasion pour nous d'aller féliciter nos deux journalistes, de discuter un peu et de faire connaissance avec de nouvelles personnes. Mais oh! Il est tard et nous avons cours mercredi matin...

A la semaine prochaine! 


Mardi 7 mai et mardi 12 mai. On finalise... doucement mais sûrement!

Ces deux dernières séances, les différents groupes terminent leurs travaux, enregistrent leurs micro-trottoirs, finalisent leurs draw my life et autres reportages avec l'aide d'Emma et Estelle, qui sont revenues. Les élèves doivent également faire chacun un bilan, oral enregistré ou écrit, de l'année et de leur participation au projet Dream Teen.

Mais surtout, on prépare la soirée de lancement du webdoc, qui aura lieu la semaine prochaine.

Pour les élèves, il s'agit d'une sortie hors temps scolaire. Mme Rachet propose d'accompagner ceux qui le souhaitent et, pour les autres, de fixer un lieu de RDV. Les élèves qui s'inscriraient mais ne viendraient pas au RDV étant sous la responsabilité des enseignants, ces derniers appelleront immédiatement les parents pour les prévenir. Les parents devront remplir une autorisation de sortie et, pour les élèves qui ne souhaitent pas rester jusqu'à la fin de la soirée, une autorisation de départ anticipé. Les autorisations sont à remettre dans le casier de Mme Rachet avant vendredi. Qui vient? Demandent Estelle et Emma? Une vingtaine de mains se lèvent.
Pour
nos deux journalistes, la soirée de lancement soirée est l'aboutissement d'une année de travail, à laquelle nous avons participé et dans laquelle nous avons beaucoup investi. Il y aura des médias et il faudra donc être prêt à répondre à des questions.
Nous devons nous préparer avec sérieux et surtout, arriver motivés!
La séance du 12 mai est donc consacrée à la préparation: projection du
webdoc (ça fait bizarre de se voir à l'écran!), récapitulatif du parcours de chaque ado, "que répondriez-vous si on vous demandait si...?" Ambiance concentration maximum...

A bientôt!


Mardi 7 avril On prépare le retour d'Emma et Estelle

Emma et Estelle reviennent à la rentrée des vacances de printemps. La séance de la semaine prochaine étant annulée en raison d'une réunion, il faut avancer au maximum aujourd'hui!

C'est l'ébullition en salle 203!

Certains groupes avancent avec Madame Rachet. Dernières mises au point, répétition devant caméra. On utilise les portables en attendant la caméra-micro de nos journalistes professionnelles.

Le groupe Fahma répète sa pièce de théâtre avec Madame Boisivon. Une élève du groupe ayant quitté le lycée, la solution retenue a été de... supprimer son rôle. Tant pis... mais il faut bien avancer.

Le groupe Arnault paufine son draw my life. Le scénario est prêt: un petit garçon d'un pays africain quitte son pays pour la France où il grandit tristement dans un quartier défavorisé jusqu'à sa rencontre avec une association d'ouverture de la musique à tous... On se met d'accord sur le nombre de tableaux: 20 max, pour une durée de 2 minutes environ. Il faut encore composer une musique d'accompagnement (c'est Victor qui s'en charge, à la guitare), les textes pour la voix off et trouver le style graphique.

Le groupe Glow se débat avec son thème. Il faut proposer à des copains du lycée de discuter des inégalités filles-garçons. Les filles ont fait pas mal de recherches sur la Bulgarie, sur les conseils de madame Rachet. Mais pour le débat, on ne peut pas rester en Bulgarie. Une fois le projet Glow présenté aux copains, il faut recentrer. Alors, pourquoi pas se demander si la condition des femmes est différente en France? Les filles commencent par dire qu'en France, il n'y a pas de problème. On n'est pas en Bulgarie, quand même. Et puis... on se rend compte que les filles ne sortent pas comme elles veulent (en tout cas, elles sont moins libres que les garçons), elles ne font pas ce qu'elles veulent de leur corps (ou alors, elles sont considérées comme des mauvaises filles) et même celles qui travaillent et qui ont confiance en elles ne s'en sortent pas forcément dans notre monde d'hommes. Alors, le girl power dans tout ça? Oui, mais les garçons aussi ils souffrent. Les hommes battus, ça existe! Et si on touchait enfin à l'objet de notre débat? Les filles prennent en note quelques thèmes pour essayer d'approfondir tout ça!

Côté Félix, les dessins sont prêts et le texte pour la voix off aussi. Répétition générale pour s'entraîner à lire le texte en marquant les moments-clés. Petit test avec madame Rachet. On dirait bien qu'on est prêt pour être filmé par Estelle et Emma!

Attention, séance annulée la semaine prochaine.

A la rentrée!


Mardi 31 mars Le JT

Après la Semaine de la presse qui nous a bien occupés ces dernières séances, nous changeons de cap pour nous intéresser au journal télévisé. Le 20h est un moment essentiel de l'information pour les français et rassemble des millions de téléspectateurs tous les soirs. C'est un créneau horaire très important pour les chaînes et la concurrence est rude. Aujourd'hui, le JT est concurrencé par d'autres sources d'information, notamment Internet et les chaînes d'info en continu comme I-TV ou BFMTV. Du coup, les journaux télévisés ont été incités à adapter leur formule.
 
Mais au fait un journal télévisé, qu'est-ce que c'est? 
Un journal télévisé c'est un peu comme un film qui nous donne des informations. Il raconte une histoire d'une certaine manière. C'est une interprétation du réel, avec un scénario (quelles infos sont données? Dans quel ordre?), des acteurs (les spectateurs, les invités, les journalistes...) et une scénographie avec des décors, du son, une manière de filmer particulière. Dans un JT, tout a un sens et tout fait sens.
 
Après la théorie la mise en pratique!
Nous avons étudié la différence de traitement de l'information en comparant les JT de TF1 et France 2.
D'abord nous avons comparé les génériques et les sommaires. L'ordre adopté n'est pas forcément le même. Les deux sommaires des JT de TF1 et France 2 nous permettent d'identifier les identités visuelles et sonores des deux chaînes. Chacune met en place une ligne éditoriale dans le choix et la hiérarchie des informations présentées. TF1 joue plus sur la proximité avec les téléspectateurs et France 2 s'intéresse plus à l'international. Après, chaque journaliste met sa touche et essaie de fidéliser ses téléspectateurs!


Mardi 24 mars. Semaine de la presse.

 

Objectif : terminer les affiches pour la Semaine de la presse. Pendant qu’un groupe s’affaire autour des panneaux, deux autres sont en classe avec Mesdames Chaar et Rachet, les uns pour travailler sur les unes de journaux, les autres pour étudier la manière dont les médias peuvent être utilisés contre eux-mêmes. Youtube, mais aussi d’autres supports, peuvent être à la fois les vecteurs d’une campagne de diffamation, voire de harcèlement et ceux d’un empowerment (prise de confiance en eux et montée en puissance) des individus ou de groupes minoritaires. Du moins, c'est l'usage qu'en fait Lizzie Velasquez, "femme la plus laide du monde" devenue "gourou du web" d'après l'article que lui consacre O. Clairouin dans son article du Monde en date du 21 mars 2015 (lire l'article). Les médias, dans une démocratie, c'est avant tout ce qu'en font les citoyens!

 


Mardi 17 mars. Toujours en pleine préparation de la Semaine de la presse!

Aujourd'hui, nous terminons notre préparation de la Semaine de la presse.
Une moitié de la classe part au CDI avec Madame Boisivon pour finir ses panneaux. Le travail est efficace.
L'autre moitié de la classe reste avec Madame Rachet et travaille sur les unes de quotidiens pour préparer à toute allure des panneaux !
Plusieurs journaux du jour  : Le Monde, Libération, Le Figaro, Direct Matin, Le Parisien et International New Yorker Times.
Nous découvrons les deux fonctions de la une : informer le lecteur et lui donner envie d'acheter le journal. La mise en page est très importante et dépend de la façon dont le journal est présenté chez les marchands de journaux.
Nous décrivons la structure de chacune de nos Unes, réalisons un schéma pour en identifier les différentes parties, réfléchissons sur la nature des gros titres : nous informent-ils ou nous incitent-ils à lire le journal ?
Enfin, nous comparons les gros titres et les informations en une de nos différents quotidiens et réfléchissons aux différences. Pourquoi sont-ils différents alors que les évènements sont les mêmes ?
Et puis, un peu rapidement, nous préparons un ou deux panneaux pour le CDI pour la Semaine de la presse.
Madame Rachet râle! Elle nous trouve trop mous...


Mardi 10 mars. Préparation de la semaine de la presse

Estelle et Emma sont toujours occupées à leur webdoc. En attendant leur retour, nous préparons des panneaux pour la Semaine de la presse, qui aura lieu du 23 au 28 mars 2015.

Notre thème est la liberté d'expression, en France et dans le monde: supports de l'expression, limites fixées par la loi, censure, contournements et auto-censure.

La séance se déroule dans la bonne humeur... 

...Mais tout le monde n'arrive pas à se mettre au travail. Il faudra pourtant avoir fini la semaine prochaine!

Un tuyau: quand on cale sur un sujet, c'est souvent parce qu'on le prend de façon trop large. Pourquoi, alors, ne pas limiter l'angle d'attaque?


Mardi 3 mars. C'est reparti, après l'interruption des vacances de février!

Retour de la classe média après les vacances de février! 

Nous avons commencé par l'actu des vacances et de cette dernière semaine. Nous avons particulièrement insisté sur la "boulette" des médias sur la mort de Martin Bouygues, qui a d'abord été annoncée puis démentie. A cette occasion nous avons parlé de L'AFP,qui n'a pas fait son travail correctement et n'a pas vérifié l'exactitude de l'information. Nous avons parlé des conséquences
négatives d'une telle information erronée pour les proches et pour le public qui perd confiance dans les médias.

Ensuite nous avons dit un mot sur la mort de Boris Nemtsov, ce qui nous a amenés à parler de la liberté d'expression. Ca tombe
bien, car la semaine de la presse approche et le thème de cette année est celui de la liberté d'expression. Pour introduire le sujet, nous avons évoqué notre expérience de lycéens et notre ressenti.
Nous trouvons que nous n'avons pas une pleine liberté d'expression. C'est pour cela que parfois nous faisons des blocus, c'est notrefaçon de protester.
Un de nos professeurs nous a dit qu'il y avait d'autres moyens pour s'exprimer, comme le CVL par exemple. C'est à nous de nous approprier les moyens d'expression que nous avons à notre disposition. A nous de nous renseigner.

Nous avons aussi attrapé des idées au vol comme décorer le foyer des élèves, qui est tout blanc et impersonnel!

Ensuite nous nous sommes séparés en groupes pour préparer des panneaux pour le CDI.
Chaque groupe va travailler sur un thème différent:
- La liberté d'expression pour nous c'est quoi ? A nous de nous exprimer par dessins, phrases, photos...
- Les supports de la liberté d'expression : les différents médias.
-La liberté d'expression en France : que dit la loi et depuis quand ? Qu'est-ce qui est permis ? Les interdictions et les sanctions ?
Problème d'Internet, qui permet d'avoir accès à des contenus passibles de la loi en France.
- La liberté d'expression dans le monde aujourd'hui : chiffres et cartes, les endroits où elle est bafouée et pourquoi?
- La liberté de la presse, réfléchir aux campagnes de Reporters sans frontières.
- Antonin, lui, s'est proposé de travailler sur les moyens d'expressions au collège et au lycée.

Enfin Océane, Victor, Camille et Elena ont continué à travailler sur leur article du vernissage des arts plastiques du 06/02.

A bientôt!

Mardi 10 février. On reprend le travail sur le webdoc

L'élève chargé du compte-rendu de séance n'a finalement pas rendu son travail. C'est dommage, car il avait commencé à faire quelque chose...


Emma et Estelle ne sont pas là, mais chaque groupe reprend son travail en essayant de tenir compte des conseils reçus. 


Le groupe Arnault commence à chercher un graphisme pour son draw my life

Le groupe Fahma commence à répéter sa pièce de théâtre. Mais c'est un peu compliqué: une élève du groupe a changé d'établissement et est partie... avec sa partie. Le groupe fait ce qu'il peut avec un texte à trous...

Le groupe Ena peaufine son micro-trottoir: la feuille de route est prête, les questions sont rodées et le groupe a enregistré des textes sur certains thèmes que les élèves vont aborder dans leur reportage. Mais on ne vous en dit pas plus pour l'instant!

Le groupe Félix a très bien avancé: de nombreux dessins sont prêts, pour faire une sorte d'exposé/draw my life et les textes d'accompagnement ont été retravaillés.

Le groupe Glow a eu du mal à se mettre au travail. Les choses n'ont pas franchement avancé. Nous sommes tous fatigués, mais il va quand même falloir tenir les délais!


Une séance un peu rude donc, pour ce dernier mardi avant les vacances, mais on avance... lentement, mais sûrement!


A bientôt! 


Mardi 3 février. L'info en continu

Avec l'information en continu, c'est la question de la fabrique de l'information qui se pose à nous. En effet, certaines chaînes de télévision, comme BFM, nous ont proposé, lors des attentats terroristes de la semaine du 5 janvier, de suivre les événements en direct. Mais attention aux effets d'illusion: l'information n'est pas l'événement mais sa traduction médiatique. Cette traduction souffre de biais: la subjectivité des journalistes, les biais liés à l'immédiateté et donc au manque de recul, les biais idéologiques (liés à la vision du monde qui est celle du média qui fabrique l'info) et les biais économiques (liés au fait qu'un média est aussi, et peut-être avant tout, une entreprise et le public un ensemble de clients).

Ainsi, lorsque, en pleine prise d'otages, les chaînes d'info en continu nous offrent un suivi à la minute, ce n'est pas l'événement que nous suivons, mais leur choix de retranscription de l'événement.
C'est donc à définir l'info en continu (comment ça marche, quels sont les besoins du journaliste, en termes notamment de réseau, contacts, réflexion?) et à réfléchir à ses limites (vérification des faits, fausses infos, effet anxiogène) que nous avons consacré la séance. Nous avons analysé des sites de chaines en continu comme i-télé et BFM. Nous avons notamment essayé de décortiquer l'organisation de l'image.

Regardez l'image ci-dessus, extraite du direct de BMFTV sur Internet. Elle superpose 6 informations, auxquelles s'ajoute le son: l'image centrale, en illustration du journal lu par un/une journaliste, une information internationale portant sur les relations de l'Union européenne avec la Russie (juste en-dessous de l'image), une "alerte-info" nationale portant sur l'imprimerie de Dammartin avec à côté, les cours de la bourse et, dans le bandeau de droite, le flux Twitter de BFMTV.

Si on ajoute l'heure (en haut de l'image centrale à droite), le sigle BFMTV (en haut de l'image centrale à gauche), le lien pour contacter l'émission (en bas de l'écran à gauche), les icônes des réseaux sociaux (en bas de l'écran à droite), on arrive à 10 informations simultanées, dont aucune ne recoupe l'autre.

Ce qui contribue à augmenter encore la complexité, c'est que les bandeaux informatifs horizontaux présentent un défilé d'informations (ici fixé par la capture d'écran), qui fonctionnent en plus sur le mode de l'allusion: au lecteur de se débrouiller pour comprendre que l'imprimerie est celle de l'affrontement des frères Kouachi avec les formes de police et que "cette journée", qui "restera un mauvais souvenir" est celle du 8 janvier.

Le téléspectateur est ici devenu à la fois auditeur, spectateur, multilecteur (il lit plusieurs informations différentes en même temps) et internaute, puisqu'il peut à tout moment cliquer sur le lien qui l'intéresse.

On a donc indéniablement un effet de dispersion de l'information et... de l'attention! Certes, on pourrait penser que le spectateur peut démultiplier ses compétences de lecture et de gestion de l'information. De fait, nous sommes tous habitués désormais à ce type de média, y compris d'ailleurs sans le son, puisque les écrans TV proposant ces chaînes d'information ont tendance à envahir les lieux publics (cafés, restaurants).

Mais ces bribes juxtaposées sans plan et sans profondeur finissent par ne plus créer de signification. On peut se demander s'il n'y a pas un risque que les spectateurs peu avertis, à force d'être exposés, non plus à l'information, mais à de l'information, ne deviennent de simples récepteurs passifs.

Alors vigilance!


Mardi 27 janvier. Sans Estelle et Emma

Nous sommes seuls aujourd’hui, Emma et Estelle étant désormais occupées à boucler le webdoc: il faut tenir les délais ! Or le plan Vigipirate nous a amenés à reporter un certain nombre de sorties nécessaires à nos enquêtes. On n'aura donc pas le temps, finalement, d'intégrer nos productions au webdoc. Mais pas d'inquiétude ! Emma et Estelle reviennent en mars nous aider à finaliser nos productions, que vous pourrez retrouver sur notre site. Nous avons hâte !


Du coup, aujourd'hui, nous mettons les projets en pause.
La séance commence, comme à l'accoutumée, par l'actu de la semaine. Abrielle et Amine sont chargés de prendre les notes pour l'édition sur le blog.
On travaille ensuite sur les événements des 7, 8 et 9 janvier 2015. Comment les avons-nous vécus? Comment se fabrique l'information dans un contexte particulièrement dramatique? Les élèves sont invités à décrire la manière dont ils ont vécu les événements. Chacun s'exprime de la façon qui lui convient le mieux, texte libre ou dessin. Ceux qui le souhaitent pourront mettre leurs productions sur le site.

Suit une discussion sur ce que chacun a exprimé. Certains ont dit qu'ils en avaient assez que les médias soient toujours sur les attentats, comme si rien d'autre ne se passait. Pour Oprah, les médias français se focalisent sur la France en pensant que ce qui touche la France est la seule chose qui nous intéresse. Victor répond que c'est normal et valable pour tous les pays. Les gens sont intéressés par ce qui les touche, les concerne. Nous avons ensuite réfléchi sur la dimension économique des médias. Ce sont des entreprises qui, certes, ont une mission d'information, mais doivent aussi vendre pour continuer d'exister.
Victor a demandé comment est choisie l'information qui nous est délivrée. Nous avons parlé de la conférence de rédaction, le rôle du rédacteur en chef : qui veut parler de quoi et sous quel angle et dans quel ordre on le traite. La tuerie de Charlie Hebdo s'est précisément déroulée pendant la conférence de rédaction.
Nous sommes ensuite revenus à la façon dont nous avons été informés des évènements de début janvier. Sydney l'a appris par une annonce dans le métro, d'autres par leurs familles ou d'autres voies. Ce qui est ressorti c'est que nous avons suivi le reste des évènements par les chaînes d'info en continu (BFM, I télé), les réseaux sociaux, le bouche-à-oreille... Les élèves ont été marqués par les flashs, les éditions spéciales et les émissions bouleversées.
Mais peut-on vraiment être informé minute par minute? Amine a dit oui, car on veut tout savoir !

 

Une séance somme toute éprouvante… mais si riche !

 

A bientôt !


Mardi 20 décembre. Toujours le webdoc!

Aujourd'hui, nous poursuivons nos réflexions sur les projets pour le webdoc.
Le groupe Glow visionne les rushs de leur débat avec Estelle. Mais c'est une déception. Le son n'est pas bon et les images difficilement exploitables. Estelle est déçue. Il faudra recommencer.
Le groupe de Félix termine son projet. Daniel propose des dessins qu'il a fait pendant les vacances et les montre à Emma.
Le groupe d'Arnault est un peu bloqué. Il faut attendre les interviews des enfants pour avancer. Sandra, Océane et le reste du groupe sont chargés de rédiger l'actu de la semaine avec Madame Lejeune et de faire un mini reportage de la séance. 
Le groupe de Fahma est rejoint par Emma. Les filles reprennent les extraits d'articles de journaux et les informations qu'elles ont sélectionnées et se mettent à rédiger les dialogues de chacun de leurs personnages. C'est fini ! Bravo les filles, il ne reste plus qu'à apprendre les textes.
Le groupe d'Ena se retrouve à reprendre les questions du microtrottoir sur le racisme. Après les attentats de début janvier, leurs questions résonnent très fort. Une discussion et une réflexion s'engagent autour de ces évènements : ce qui s'est passé, ce qu'ils en ont pensé, le racisme en France, la liberté d'expression pour eux, vivre ensemble alors qu'on est différent, la tolérance...
Madame Rachet propose qu'Eléna enregistre ses échanges. Le son ne sera pas bon , mais on garde des traces de tout ce qui s'est dit. C''était vraiment un moment précieux et intelligent.
En tous cas, les questions tourneront plutôt autour de comment faire pour vivre ensemble ou lutter contre le racisme. A voir pour la semaine prochaine !

Mardi 13 janvier 2015. 

Pas de séance aujourd'hui en raison d'une réunion.

Revenez la semaine prochaine...


Mardi 6 janvier 2015

Aujourd’hui, la séance démarre sur les chapeaux de roue après une coupure d'électricité qui nous force à investir le CDI en urgence ! 


La Glow est en plein tournage de son débat avec Emma et Estelle !L'absence de certains rend les choses un peu plus compliquées. D'autres élèves sont sollicités. Emma et Estelle se confrontent au problème des formulaires de droit à l'image que certains élèves n'ont pu remplir, mais des images sont dans la boîte et on espère que le son sera bon ! 

Le groupe de Félix avance dans ses réflexions sur les solutions que les élèves vont présenter sur le webdoc. Ils commencent à imaginer leurs dessins.


Le groupe d'Ena fignole son micro-trottoir. Il faut s'auto-interviewer pour se préparer au grand moment. Les élèves doivent retrouver Estelle et Emma samedi matin prochain pour poser leurs questions aux passants.

Le groupe d'Arnault a terminé ses questions pour les enfants d'un cours de musique et réfléchit au draw my life pour illustrer leurs propos. Un rendez-vous dans une école de musique semble se mettre en place le mardi 13 janvier. 

Le groupe de Fahma continue de travailler sur les dialogues de la pièce à partir d'articles sur l'excision fournis par Estelle. Le travail s'appuie sur des témoignages, des faits et des données précis. Lire tout cela est difficile et chargé d'émotions pour beaucoup d'entre eux. De plus, certains chiffres, certaines données divergent selon les articles. Il faut donc aller plus loin, rechercher, recouper, pour trouver par exemple la date de la mise au point de la chirurgie reconstructrice du clitoris. En tous cas, les choses se précisent, certains personnages prennent de l'épaisseur, d'autres sont éliminés.

 

Bref, la classe médias est en ébullition ! Il faut aller vite pour qu'Estelle et Emma puissent être dans les temps pour le web documentaire ! On continue la semaine prochaine !


Mardi et mercredi 16 et 17 décembre

Mardi, au cours de littérature et société, toujours pas le temps pour l’actualité de la semaine. Il faut faire avancer le webdoc !

Mais l’événement de cette semaine a lieu mercredi 18 décembre : 17 élèves de 2nde 1 assistent à l’émission Europe midi, animée par Wendy Bouchard de 12 à 14 heures sur Europe 1 (cliquez ici pour podcaster l'émission).

Rendez-vous à 11h30 pile devant les locaux de la radio dans le 8è arrondissement à Paris. On attend, sous la pluie, avec d'autres membres du public, les derniers retardataires avant d’être introduits dans le studio d’enregistrement. A l'entrée de l'immeuble, c'est le défilé: journalistes, invités, techniciens, livreurs.

Les élèves ont préparé des questions pour les invités : Alexis et Stéphane Grüss puis Christian Clavier.

L’émission commence à midi pile. Il ne faut pas traîner ! On s’assoit et on coupe sa sonnerie. Mais ouf ! On peut prendre toutes les photos qu’on veut. La chargée de relations avec le public récupère nos fiches de droit à l’image. Deux élèves, que leurs parents n’ont pas autorisés à être filmés, vont en régie. Les autres se répartissent les questions à poser. Ceux qui en ont envie pourront s’asseoir, le moment venu, à la table du public, pour interroger les invités.

L’enregistrement dure deux heures. Les élèves sont parfaits ! Ils s’intéressent à l’émission et intériorisent très bien les contraintes de l’enregistrement en direct : pas un bruit dans le studio.

C'est l'heure du journal d'infos. Photo de Fériel Fodil [CC-by-NC-ND-4.0]
C'est l'heure du journal d'infos. Photo de Fériel Fodil [CC-by-NC-ND-4.0]

L’émission défile. Elle est scandée par le journal d’information, la météo et les plages publicitaires.

Un député de l’UMP vient expliquer pourquoi il s’oppose au redécoupage des régions. Après l’attaque sanglante d’un groupe terroriste dans une école de Peshawar, au Pakistan, un chercheur spécialiste de l’Aie centrale vient présenter la situation géopolitique régionale. Wendy mène également l’interview en duplex d’Eric Lartigau, qui présente son dernier film, La Famille Bélier. C’est l’occasion d’une petite discussion autour du handicap et de la richesse culturelle de la communauté sourde et muette.

Puis c’est le moment pour les élèves de la classe Médias de poser leurs questions. Alexis et Stéphane Grüss, chaleureux et souriants rejoignent le studio. Ils racontent les joies d’une grande famille dont la vie tout entière, sur plusieurs générations, tourne exclusivement autour du cirque. Magique !

Place maintenant à Christian Clavier, désormais réalisateur. Son dernier film, après le grand succès de Qu’est-ce qu’on a fait au bon dieu ?, raconte l’enfer d’un dentiste qui voudrait s’asseoir, ne serait-ce qu’une heure, pour écouter un CD de jazz qu’il adore, et qui n’y arrivera jamais. Avec le charme que nous lui connaissons, il fait rire la salle et nous annonce l’arrivée prochaine du numéro trois des Visiteurs. Eh oui ! Le légendaire Jacques Ouilles revient, cette fois sous la Terreur !

Les élèves sont ravis de leur rencontre avec ces deux mondes différents du spectacle. Mais à 14 heures, le jingle sonne la fin de l’émission et il est temps pour chacun de regagner ses pénates.

A la semaine prochaine ! 


Mardi 11 décembre. On peaufine le webdoc.

By D. Rachet. Licence Creative Commons [CC-BY-NC-ND-3.0 FR]

Chaque groupe se remet au travail. Emma et Estelle ont fait des suggestions et le travail commence à prendre tournure.

Dans le groupe Arnault, c'est décidé pour le draw my life. Il s'agira de partir de témoignages d'enfants des écoles de musique pour comprendre ce que cet apprentissage change à leur vie. Océane et Abrielle se chargeront des dessins. Emma et Estelle sont ravies! Elles se chargent de prendre contact avec Arnault et d'organiser les interviews avec les enfants, mais il faudra d'abord obtenir l'accord des parents.

Du côté de Félix, on se pose encore des questions: comment faire parler les gens et les sensibiliser au problème de la pollution?

Après avoir évoqué les origamis pour illustrer un micro-trottoir, les élèves envisagent maintenant des dessins et une voix off. Mais pour construire le reportage, il faut des infos sur la pollution. Le groupe part vers le CDI pour se constituer une documentation avec l'aide de madame Lejeune.

Le projet est déjà presque mûr pour le groupe d'Ena. Il faut maintenant élaborer les questions les plus pertinentes sur le racisme et mettre en place le micro-trottoir. Quand? Où? Impossible en tout cas de filmer sur l'horaire de la classe médias, car il fait déjà nuit. On se propose des dates de rendez-vous. A suivre!

C'est compliqué pour le groupe Fahma car certains de ses membres sont absents aujourd'hui. Comment rédiger des textes pour tous les personnages si les acteurs sont absents? Mais après tout, le discours n'est pas personnel. Il faut imaginer le texte le plus percutant pour passer un message collectif. L'héroïne s'appellera Djeneba et habitera à Cergy-Pontoise. Elle aura été excisée à 12 ans. Mais pour raconter cette histoire, il faut des faits tangibles. Direction le CDI, pour récolter des données.

Le groupe de la Glow affine son projet: croiser les réactions des filles et des garçons sur la question de l'égalité autour d'un débat filmé avec les élèves du lycée. Il faut maintenant élaborer les questions , trouver les participants et réfléchir aux solutions techniques. On progresse!

A la semaine prochaine!


Mardi 4 décembre. La grande conf' de rédac'!

Aujourd'hui, conférence de rédaction à 17h15. Le cours commence à 16h30 et ça laisse peu de temps à chaque groupe pour fignoler son projet! Grosse ébullition en salle 203! Et les idées sont là!

 

Le groupe Félix prévoit un micro-trottoir pour demander aux gens ce qu'ils pensent de la pollution et ce qu'ils font pour la combattre au quotidien. Le parc André Citroën serait le lieu idéal. Et pourquoi pas compléter avec une recherche sur la pollution et sa gestion à Paris? Et si on utilisait les origamis pour raconter une histoire? Pistes à approfondir!

 

Les élèves du groupe Arnault savent dessiner, jouer de la guitare, monter des jeux et des vidéos. De quoi faire un beau reportage sur la musique. Pourquoi est-elle importante aux yeux des gens et quelle place occupe-t-elle dans leur vie? Et si on faisait un micro-trottoir à Issy-les-Moulineaux? Mais comment y placer la musique? Jouer de la guitare? Cibler les porteurs de casques? Quelqu'un suggère un Draw my life. Oui, pourquoi pas. Peut-être avec des enfants auprès desquels intervient l'association Musique pour tous? Encore pas mal d'incertitudes à trancher, mais on avance!

 

Le groupe Fahma part avec l'ambition de monter une petite pièce de théâtre. Génial! Une jeune femme excisée, qui subit des difficultés dans ses relations avec son petit ami, se raconte à ses amis, qui l'orientent vers la chirurgie réparatrice. Il va falloir écrire et scénariser, trouver et monter les décors tout en laissant sa place à l'improvisation mais aussi à la rigueur de l'information.

 

Du côté de la Glow, les élèves voudraient interviewer des femmes qui travaillent dans des milieux d'hommes (pourquoi pas la RATP) et occupent des positions de pouvoir (une femme maire serait parfaite). A compléter par une enquête auprès des garçons du lycée sur ce qu'ils pensent de l'égalité filles-garçons. Gabrielle voudrait aussi chanter et danser. La comédie musicale, ça risque d'être un peu compliqué. Mais un petit clip a cappella, ça pourrait se tenter, non?

 

Les élèves du groupe Ena ont été choqués de ce qu'ils ont appris sur les relations entre les communautés en Bosnie. Ils envisagent donc d'explorer la question de la relation à l'autre à travers le prisme du racisme. Ce qui les tente, c'est un micro-trottoir à la Porte de Saint-Cloud et à Passy, pour opposer deux quartiers du 16è, l'un très bourgeois et l'autre plus métissé. Mais faire parler les gens du racisme, c'est prendre des risques. Et si quelqu'un se déclare et s'assume raciste? Eh bien, on le laisse s'expliquer, car on est là pour comprendre, justement!

 

La conférence de rédaction a donc été particulièrement productive! Plus qu'à mettre la main à l'ouvrage. Revenez la semaine prochaine pour suivre l'avancement de nos projets.


Mardi 25 novembre. Mise en route du webdoc!

Vous vous souvenez? La semaine dernière, Emma et Estelle nous ont expliqué le principe du web documentaire. Cette semaine, c'est à nous de commencer à fabriquer le nôtre! Une seule consigne: être créatif!

Chaque groupe d'élèves prépare un encadré qui viendra éclairer les reportages sur les cinq ados du projet Dream Teen: on réfléchit à des sujets et des idées à développer, à un type de traitement (reportage, interview, micro-trottoir) et à un support (vidéo, son, écriture, photos).

La séance a été plutôt efficace: dans chaque groupe, un projet a émergé, même si certains ont mieux avancé que d'autres. Par exemple, le groupe d'Ena a décidé de faire un micro-trottoir dans un quartier métissé de Paris pour interroger les habitants sur le vivre-ensemble. Le groupe de la Glow a également de bonnes idées: interviewer une femme qui occupe un poste important. Les autres groupes vont se lancer dans la production de petites histoires dessinées voire de romans photos (groupes Félix et Fahma).

Prochaine étape: le conférence de rédaction. Vous voulez savoir ce que c'est? Guettez l'Astuce et la rubrique Quoi de Neuf de la semaine prochaine.

A bientôt!


Mardi 18 novembre. Emma et Estelle sont de retour!

Aujourd'hui, c'est Emma et Estelle qui animent la séance. Elles nous proposent une présentation sur le webdocumentaire, qui est au coeur du projet Dream Teen . Qu'est-ce que c'est? Quelle est son originalité par rapport à d'autres contenus Web ou à un documentaire plus classique?

 

Monté par une équipe plurielle (journalistes, reporters d'images, webdesigner, également appelé graphiste, développeur) le webdocumentaire est un contenu multimédia, plus ou moins interactif ou  participatif, diffusé sur le Web. Regarder un webdocumentaire, c'est se faire plaisir avec de belles images (les vidéos des documentaires qu'elles nous ont montrés étaient d'une qualité remarquable), avec une ambiance sonore qui peut être envoutante, et en traçant soi-même son itinéraire de navigation.  

Le webdocumentaire explore la forme narrative de l'enquête. Prison Valley, une des premières productions, permet de découvrir, de façon interactive, un univers carcéral très particulier: celui de la ville-prison de Canon City, Colorado. Le mystère de Grimouville propose une enquête palpitante pour décoder les mystérieux nombres affichés par un serial-colleur sur le mur du cimetière d'une petite ville de Normandie. 

 

D'autres productions, proposées par exemple par le journal sportif L'équipe, se présentent comme des longs formats alliant des textes, de images et des animations.

 

Le genre du webdocumentaire inclut également les serious games. Dans Sauvons le Louvre, vous devenez sous-directeur des musées nationaux sous l'occupation allemande. Votre mission est alors de prendre les bonnes décisions pour sauver les œuvres d'art conservées en France. Les news games permettent, comme Reconstruire Haïti, de jouer sur des thèmes de l'actualité.

 

Mais surtout, Emma et Estelle placent au centre de leur présentation les webdocumentaires impliquant des adolescents. Dans Faites entrer les ados, des collégiens, encadrés par une équipe de journalistes, pénètrent dans les coulisses de la justice et effectuent une comparaison entre les systèmes judiciaires français et américain. Quand au savoureux Stainsbeaupays, il nous fait entrer, grâce au regard des enfants de cette villes stigmatisée du 93, dans l'intimité d'un espace urbain et dans la façon dont il est habité par les jeunes.

 

Une séance, vous l'avez compris, passionnante! En attendant le webdocumentaire Dream Teen, il ne nous reste plus qu'à explorer l'univers du "webdoc"!


Mardi 11 novembre. C'est férié aujourd'hui. A la semaine prochaine!


Mardi 05 novembre. Au retour des vacances de la Toussaint, on reprend contact avec nos journalistes.

Skype avec Ema et Estelle

Aujourd'hui, nous retrouvons enfin, après deux longues semaines d'interruption, Emma et Estelle, qui viennent d'arriver en Bulgarie. Nous les avions laissées à Munich et il y a encore deux jours, elles étaient en Bosnie. Que s'est-il passé en deux semaines?

Nos journalistes sont arrivées hier soir à Sofia, après 7 heures de bus depuis Belgrade.

Ce soir, elles rencontrent l’équipe de la Glow Academy pour un premier contact et pour prévoir l'organisation des entrevues suivantes. Elles leur poseront vendredi les questions préparées par les élèves.

Nous leur donnons de nos nouvelles: avant de partir en vacances, nous avons appris à faire un article de journal.

Et elles nous racontent leurs aventures. Elles sont restées un peu à Munich. Elles sont allées dans la forêt pendant une heure pour filmer les enfants de l’association de Félix en train de planter des arbres. Elles ont été retardées par une grosse grève de train – c’est pourtant très rare en Allemagne – et ont du prendre le taxi, ce qui leur a coûté 100 euros. C'est un gros trou dans leur budget!

Puis départ en avion pour la Bosnie, où la famille d’Ena les attendait à Sarajevo. Ensuite, direction Tuzla, la ville d’Ena. Elles ont passé beaucoup de temps avec elle et sa famille, en immersion dans son quotidien. Ena était flattée de savoir qu’elles allaient parler d’elle en France, dans Phosphore, qui publie à une centaine de milliers d’exemplaires.

Elle a préféré éluder les questions préparées par nos élèves sur la façon dont sa famille a vécu la guerre. C’est apparemment un point vraiment sensible. La guerre reste d’ailleurs très présente, notamment à Sarajevo, où il y a encore de nombreux impacts de balles sur beaucoup d’immeubles.

Ena est née après, mais elle a des amis plus âgés, qui ont vécu la guerre et ont des traumatismes très douloureux, notamment parce qu’ils ont perdu des proches.

Estelle et Emma sont allées dans une école où Ena a fait une collecte de livres scolaires.

Elles ont trouvé les gens en Bosnie accueillants et chaleureux. A la fin, il y avait beaucoup de familiarité et il n’a pas toujours été facile de garder une certaine distance et un esprit critique.

Nos élèves ont demandé à Emma et Estelle si Ena va à l’école. Elle est en dernière année de lycée en Ecosse, pour apprendre l’anglais. Le séjour de nos journalistes est tombé au moment des vacances scolaires. Pour elle, faire des études, c’est pour revenir ensuite chez elle pour créer de l’emploi dans un contexte de fort chômage des jeunes, qui se sont, il y a quelques semaines, révoltés contre leur condition économique et sociale. Beaucoup d’étudiants cherchent à étudier à l’étranger pour ensuite revenir dans leur pays.

Emma et Estelle vont bientôt prendre l’avion à Bucarest. Mais est-ce qu’elles ont goûté les spécialités locales avant de partir ? Oui, même si la cuisine est très carnée (elles ne sont pas fans de viande). Elles ont apprécié le café turc et les baklavas!

Elles rentrent en France le 13 novembre et on les retrouve mardi 18 à Claude Bernard.

 

Texte établi avec Sarah da Silva Raimundo et Etienne Ludot, qui vient de rejoindre le groupe. Bienvenue Etienne!

 

En deuxième partie de cours, pendant que Madame Rachet travaille, avec une partie des élèves, sur la préparation du budget d'un reportage, Madame Boisivon prépare, avec l'autre moitié de la classe, l'actualité de la semaine.

 

A bientôt!


Mardi 14 octobre. Le travail continue pendant qu'Emma et Estelle sont en reportage.

Aujourd'hui, nous nous sommes séparés en deux groupes. Le premier travaille sur le métier de journaliste: comment préparer un reportage, que prévoir avant de partir? Pas facile d'établir un budget : les dépenses montent vite!

Le second groupe apprend à rédiger un article, car il faut préparer le retour d'Emma et Estelle et la rédaction des contenus du reportage.

A 17h30, nous retrouvons sur Skype nos deux journalistes, qui sont maintenant en Allemagne.

Mais c'est Elona et Maya qui vont vous raconter ça. Cliquez sur leurs prénoms pour lire leurs articles! 

Et pensez à jeter un coup d'oeil au Tumblr d'Emma et Estelle en cliquant sur la photo.

Emma et Estelle avec Félix, près de Munich.
Emma et Estelle avec Félix, près de Munich.

Mardi 7 octobre. Dernière ligne droite avant le départ d'Emma et Estelle en reportage 

Estelle Faure et Emma Roulin, nos deux journalistes, partent dans deux jours en reportage avec, dans leur sac à dos, les films dans lesquels les 5 groupes de la Classe Médias posent leurs questions aux 5 ados du projet Dream Teen.

C'est l'effervescence: tout doit être dans la boîte pour 18 heures!

Pendant que certains découvrent la caméra, les autres reprennent et reformulent les questions retenues par les journalistes.

Et maintenant, tous aux ordis, pour garder une trace écrite sur l'espace de stockage en ligne.

Découvrez le travail des différents groupes grâce au photoreportage de Fanta Jaiteh, Oprah Biongolo, Inas Housti et Ferielle Fodil.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Emma et Estelle en train de filmer les questions de l'interview de Félix.


By D. Rachet. Licence Creative Commons [CC-BY-NC-ND-3.0 FR]

















Les questions préparatoires de l'interview de Fahma,

corrigées en fonction des remarques d'Estelle et Emma. Cliquez pour agrandir.

By Fanta Jaiteh et Oprah Biongolo. Licence Creative Commons [CC-BY-NC-ND-3.0 FR]















Loic en train de poser une question à Fahma.

By Fanta Jaiteh et Oprah Biongolo. Licence Creative Commons [CC-BY-NC-ND-3.0 FR]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 


Eh oui, ça cogite dur au CDI!

By Inas Housti et Ferielle Fodil. Licence Creative Commons [CC-BY-NC-ND-3.0 FR]

Fanta, Oprah, Inas et Ferielle avait prévu d'autres photos, qui ne peuvent encore être publiées faute d'autorisation. Chers parents, pensez à signer et rendre le document "Droit à l'image".


Mardi 30 septembre. Préparation des interviews.

Emma et Estelle, nos deux journalistes, ont examiné avec chaque groupe son travail de préparation de l'interview dans le cadre du projet Dream Teen.

Les idée fusent!

Pourquoi Fahma est-elle si sensible à la question de l'excision? En a-t-elle été victime, ou l'une de ses proches? A-t-elle été menacée par des personnes qui contestent son combat?

Ena a seulement 16 ans. Les adultes la prennent-ils au sérieux quand elle dit vouloir réconcilier les Bosniaques entre eux?

Qu'est-ce qui a conduit Arnault à vouloir partager la musique? Quel est son style de musique? A-t-il un groupe? Le fait de gérer une association l'a-t-il changé? 

Félix est encore tout jeune! Comment arrive-t-il à concilier son investissement associatif et sa vie d'écolier? Comment compte-t-il faire avancer son association?

La Glow Academy admettrait-elle dans ses rangs des garçons qui partageraient son projet et ses idées?


Mardi 23 septembre: recherche sur chaque adolescent du projet Dream Teen

Aujourd'hui, dans le cadre du projet Dream Teen, les groupes (voir ci-dessous, séance du mardi 16 septembre) commencent à préparer les interviews.

Madame Rachet propose des éléments de méthode: que chercher, par où commencer, où chercher?

Objectif: se renseigner le mieux possible sur chaque ado suivi pour préparer des questions pertinentes.

On y va: dicco/encyclopédie/atlas, sur papier ou sur le Web, pour définir les mots-clés, localiser les pays de nos ados et comprendre le contexte. 

Madame Lejeune nous montre le fonctionnement de la base de recherche du CDI.

Prêts?

Apprendre à utiliser différents outils de recherche est indispensable. Pour ça, il faut savoir définir les critères de départ.
Apprendre à utiliser différents outils de recherche est indispensable. Pour ça, il faut savoir définir les critères de départ.

Le groupe Glow Academy a décidé de se concentrer sur une petite fiche sur la Bulgarie et sur les inégalités filles-garçons dans le monde.

Le groupe qui travaille sur Arnault est allé visiter le blog de l'association Musique pour tous. Ils centrent leur travail sur la solidarité et sur ce que la musique peut avoir d'universel. La musique, quelque chose qui nous fait du bien?

Oups, difficile de trouver des choses sur Ena. Des idées pour nous aider? Mais le groupe a déjà commencé des petites recherches sur la Bosnie, la guerre et ses conséquences aujourd'hui.

Le groupe de Fahma a trouvé la définition de l'excision et le nombre de ses victimes dans le monde. Fahma, originaire de Somalie, vit à Bristol. Et si on allait visiter ces deux mondes éloignés?

Le groupe qui travaille sur Félix a déjà plein de questions pour l'interview! Ils ont commencé à explorer le problème du réchauffement climatique. Il ne faudra bien sûr pas oublier de creuser la question de la déforestation.

Décidément, on a bien avancé! Mais nos journalistes partent bientôt en reportage et il nous reste beaucoup de pain sur la planche!

A la semaine prochaine!

 


Mardi 16 septembre 2014: constitution des groupes de travail sur le projet Dream Teen

Aujourd'hui, nos deux journalistes, Estelle et Emma, ont constitué des groupes qui vont travailler sur nos cinq ados du projet Dream Teen.

Elona, Maria, Sidney, Coralie, Camille, Loïc et Ramatoulaye travaillent sur Fahma, qui vit en Angleterre. 

Fahma se mobilise en Angleterre contre la pratique de l'excision, qui est une mutilation sexuelle.
Fahma se mobilise en Angleterre contre la pratique de l'excision, qui est une mutilation sexuelle.

Fahma, 17 ans, a lancé une pétition, réussi à faire parler d'elle dans le grand quotidien britannique, The Guardian et rencontré Michael Gove, le ministre de l'Education.

Océane, Sandra, Victor, Gabrielle et Julien préparent l'interview d'Anault, qui vit en France.

Arnault est le fondateur de l'association Musique pour tous.
Arnault est le fondateur de l'association Musique pour tous.

Arnault, 18 ans, habite la banlieue parisienne. Musicien, il a voulu partager sa passion avec les jeunes de milieux populaires. On peut visiter la page Facebook et le blog de Musique pour tous. 

Azer, Jamel, Thélo, Daniel, Adrien, Elisa et Amine découvrent Félix, qui vit en Allemagne.

Félix veut planter des arbres pour combattre le réchauffement climatique.
Félix veut planter des arbres pour combattre le réchauffement climatique.

L'association de Félix, Plant for the Planet (voir le site en allemand ou en anglais) a déjà planté près de 13 milliards d'arbres partout sur la planète. Elle mobilise plus de 100 000 enfants dans le monde!

Maya, Elena, Ines, Gustave, Marie et Antonin se penchent sur Ena, qui vit en Bosnie.

Ena veut relever son pays, qui souffre encore des blessures de la guerre de 1992-95.
Ena veut relever son pays, qui souffre encore des blessures de la guerre de 1992-95.

Enfin, Victor P., Oprah, Inas, Gabrielle, Fanta et Ferielle réfléchissent sur la Glow Academy en Bulgarie.

La Glow Academy a pour ambition d'aider les jeunes femmes à devenir les leaders de demain.
La Glow Academy a pour ambition d'aider les jeunes femmes à devenir les leaders de demain.

Girls Leading Our World est une ONG dans laquelle des adolescentes aident d'autres adolescentes à reprendre confiance en elles.